Les Pompiers de Guessling-Hémering

La création d'un corps de sapeurs-pompiers en 1852

Il était sûrement bien motivé, Monsieur le Maire, dans la soirée du 9 mai 1852 lors de l’ouverture de la réunion du conseil municipal de notre village, quand il annonça la création d’un corps de sapeurs-pompiers. 

Mais voilà qu’un membre du conseil, d’une seule phrase, lui coupa son enthousiasme en annonçant : ” A quoi cela sert-il, nous n’avons même pas de pompe à incendie ! “
Tous durent reconnaître les faits !…

Il aura fallu attendre encore dix ans après cette soirée, pour voir la création de ce corps de sapeurs-pompiers et trois mandats de maire ( 1852 à 1862 ).
Suite à une nouvelle délibération et avec l’approbation de Mr le Préfet en date du 3 mars de la même année, on décida enfin l’acquisition d’une pompe à incendie.

Afin d’acquérir cette fameuse pompe, le Maire fut chargé de faire un appel d’offre par concours, dans un journal.

Le conseil autorise donc le Maire à débattre un devis avec un facteur de bonne pompe à incendie.
Finalement, le Maire traita l’affaire avec Mr Maring Antonin, fabricant de pompes.
Ce dernier présenta la dite pompe au concours qui eut lieu à Guessling le 28 septembre 1862. Examinée par des experts avec un rapport très favorable d’après la démonstration, tous les habitants ont pu constater que la machine donnait de bons résultats.

Le conseil vota donc la somme de 1 310 francs pour le paiement de cette pompe sur les fonds de caisse.
Cependant, l’histoire ne s’arrête pas là, car un autre fabricant, la Société Lambert de Villefranche dans le Doubs, avait présenté une pompe qui n’a pas été retenue.
Ce dernier voulait un dédommagement pour ses frais de déplacement. Le conseil refusa sa requête en justifiant que le concours était ouvert à tous et que chacun devait prendre sa responsabilité et supporter ses frais de déplacements.

L'acquisition d'une pompe à incendie en 1863

Une année plus tard, en 1863, le conseil municipal vota un budget de 300 francs pour l’achat d’une ” petite tenue de feu ” pour la Compagnie de nos sapeurs-pompiers, composée de vingt hommes.

Ces 20 hommes étaient nécessaires pour manoeuvrer la pompe que venait d’acquérir la commune. La tenue devait se composer d’une veste et d’un pantalon de treillis comme caractère distinctif.

Ce texte est extrait de la délibération du conseil municipal de l’époque.

Il est vrai que pour manoeuvrer une pompe de cette taille, il fallait de gros bras et une équipe renouvelable de quatre hommes pour faire fonctionner cette dernière n’était pas de trop car nos soldats du feu étaient vite fatigués et devaient être remplacés toutes les demi-heures.