Tombe des Soldats Russes

Tombe des Soldats Russes

L'Histoire de la tombe Russe dans la forêt de GUESSLING-HEMERING

par François Folschweiller, représentant l'association de sauvegarde du patrimoine et de l'Histoire de Guessling-Hemering.

L'histoire qui suit relate des faits dramatiques qui se sont produits lors d'une guerre qui a marqué l'esprit de nos concitoyens sur des générations.
Cette histoire se passe dans la forêt de Guessling vers la fin de l'année 1944; rappelons ici que ces faits graves ne sont pas exceptionnels en temps de guerre. D'après certains témoignages, il existait une chaîne de solidarité de soldats russes évadés à travers les forêts de la région partant de Munster et passant par la forêt de Guessling jusqu'à Arriance. A cette époque, cinq soldats russes, prisonniers de guerre et évadés d'un camp allemand étaient venus se réfugier dans la forêt de Guessling. Les cinq soldats avaient creusé une cache tout près d'une petite source d'eau. La présence de ces hommes n'échappa pas à un homme remarquable de notre village, Monsieur Théodore FREESE, garde forestier du secteur de Guessling-Boustroff.

Ces évadés s'étant habitués à sa présence, ils lui firent confiance et se lièrent d'amitié avec lui. En retour, il leur procurait souvent de la nourriture. D'après la correspondance d'un journaliste russe écrite après la guerre, il ressort que le garde forestier leur fournissait également des armes pour leur défense.

Mais avec le temps et la guerre touchant à sa fin, ces évadés devinrent imprudents...
Il est évident que la présence de ces russes n'échappait pas aux regards d'autres passants dans ce secteur de la forêt.

Suite à un incident grave, les soldats allemands organisèrent une immense razzia aux endroits où ils supposaient retrouver des traces de ces soldats russes. Malheureusement, c'est ce moment que choisit un des cinq soldats de la forêt de Guessling pour aller prendre de l'eau à la source et, par malchance, il fût repéré par les soldats allemands qui avaient encerclé le secteur.

Le soldat russe, se voyant découvert, se réfugia dans la cache se trouvant plus en hauteur, se croyant ainsi à l'abri des allemands. Les soldats allemands, ayant suivi ce dernier, n'eurent aucun mal à tuer les cinq hommes sur place en jetant des grenades dans la cache.

Ces derniers restèrent ensevelis au même endroit jusqu'en 1978, jour où une délégation officielle russe est venue les déterrer. Les restes de ces cinq soldats russes ont été transportés et enterrés dans le cimetière de Niederbronn-les-Bains en Alsace où reposent également 15.000 soldats allemands morts pendant la dernière guerre.

La chronologie de cette histoire repose sur de nombreux témoignages des habitants de notre village. Les hommes dont nous venons de parler étaient habités d'un sentiment qui leur laissait croire que plus rien ne pouvait leur arriver. En effet, en 1944, la fin imminente de la guerre semblait évidente pour beaucoup de personnes.

La fin de cette histoire nous a été confirmée par de nombreux habitants de notre commune qui nourrissaient également ces soldats russes et qui avaient constaté leur imprudence. Des familles entières de notre village étaient ainsi mises en danger.

On ne peut raconter l'histoire de la tombe des soldats russes sans parler du garde forestier à qui nous devons le témoignage de certains faits qui n'étaient pas connus de nos citoyens.

Monsieur Théodore FREESE, a qui nous voulons rendre cet hommage particulier, était d'ailleurs très discret à cette époque et n'ignorait pas qu'une imprudence pouvait lui être fatale car il risquait en permanence sa vie pour ce réseau de soldats russes évadés.

Ayant été informé que les autorités allemandes avaient découvert ses relations avec les soldats russes, c'est de justesse qu'il pu prendre la fuite pour éviter son arrestation.

Après la guerre il reçut de nombreux hommages de la part d'anciens prisonniers évadés russes qui, par courrier ou dans la Presse de Moscou, le citaient comme étant un personnage clé et de confiance lors de cette triste période de la guerre.

Dans une de ces correspondance, un ancien soldat prisonnier le remercia pour ses services rendus et cite dans la même lettre les noms des cinq soldats russes tués :

Wasili Chniniu, Petr Krawschenko, Petr Schanka, Semen Grinevo, Echim Muhin.

Il tenait à remercier particulièrement les personnes suivantes de notre village :

Muller Charles, Muller Joséphine, Hullar Jacques, Hullar Henriette, Bintz Charles, Doller Eugénie, Krauser Isidore, Posson Clémentine, Jacob Nicolas, Klein Georges, Turck Cécile et Zint Auguste.

Voici un extrait d'une autre lettre d'un ex-soldat russe écrite en 1967 qui s'adressait à Théodore Freese :

« Dans les jours les plus pénibles pour nous, vous, un vrai patriote de France, vous nous avez apporté une aide immense en nous fournissant provisions, armes et munitions. Et tout cela dans les conditions de l'occupation allemande de Lorraine. C'était un exploit héroïque cher camarade Théo ! Nous nous en souvenons avec une profonde reconnaissance ».